Train, taxi, train

Trajet en train. Enfants. Regards en coin, de carré en carré, jauge sociale, même âge. Acquiescements adultes. Partage de coloriages.
- Vous jouez ensemble, moi je bouquine.
Surprise de la petite voisine de carré : – Mais t’as pas de livre!
Explication de mon bonhomme : – Ce n’est pas un livre, c’est mille livres.

« Mille livres », nouveau surnom de mon Kindle. Merveille de la technologie (de fait, il doit y avoir à peu près ça, maintenant).

Lu « En taxi dans Jérusalem », des petites chroniques, c’était bien.

Lu « La vie de César » de Suétone, aussi. En bateau-taxi, il se fait prendre par des pirates, se dirigeant vers Rhodes. Promet aux pirates de les mettre en croix, s’il les chope. Les chope. (Il est fort et agile, César, robuste surtout, et il a des alliés partout où il va, en impose). Est indulgent. L’indulgence de César. Se décide à les étrangler, afin de les mettre en croix seulement une fois morts. Plus doux. Ce n’était que des pirates, après tout.

J’ai envie d’écrire cette histoire. N’est-ce pas un conte pour enfants?