( )

Seulement la plume d’un oiseau,

seulement le vent qui se lève,

le chien qui court comme le vent,

l’aile de l’oiseau qui se soulève;

seulement l’air et l’eau, seulement loin des villes,

seulement les hameaux et les châtaignes closes

s’ouvrant au feu du bois de l’automne dernier;

seulement la plume d’un oiseau,

seulement l’été qui s’achève,

le chien qui court comme le vent,

seulement.

Prière du dimanche laborieux

C’est un long tunnel que ce dimanche gris

Table de travail murs tout me semble dur

Tunnel aux parois froides creusé dans la montagne

Tunnel étroit et noir rime avec cauchemar

Que j’ouvre des fenêtres

Que je creuse les murs

Et le flanc montagneux s’ouvrira sur le vert des prairies

Les chamois accueillants bondiront un instant

Que j’aie la force de creuser

Jusqu’à l’air si léger

Ou que je parvienne à aimer l’humidité glacée du tunnel

Finalités du monde ancien

Ayant à la tête et au coeur la ligne flexible de l’horizon marin, ayant à l’esprit la crête des montagnes, ayant en vue le ciel et au pied le chemin, fille des lignes, fille des lignes, sur celle du présent je marche et marcherai, puis plongerai demain dans le monde ancien.

Le monde ancien pourquoi? Le monde entier au coeur? Le monde entier et moi, le monde ancien se meurt. La ligne du présent sur le flux des espaces occupera le ciel sans ligne d’agenda. Fille des lignes, fille des lignes, les lignes tu ignoreras.

Il n’y a pas de but à l’oiseau dans le ciel, il n’y a pas de chute ni d’Icare au soleil. Avoir la tête au coeur et marcher sur les eaux, le ciel est au rêveur le sable des oiseaux. Fille des lignes, fille des lignes, connais combien flexible est l’horizon humain.