Je ne sais pas combien de fois…

… j’ai commencé des textes.

Mais j’ai un nouvel ordinateur, et il appelle un nouveau texte.

Alors, je l’ai commencé.

Sobrement, et sans aucune allusion à quelque prédécesseur que ce soit, illustre ou non, je l’ai provisoirement intitulé Les Essais.

Après tout, il n’y a pas de copyright, pour les titres.

Et je suis une lectrice avant tout.

Il est temps de l’écrire.

Voilà.

Le propos

Et voilà, deux jours plus tard, n’arrivant pas à faire quelque chose sans l’analyser en même temps, je me demande : quel est mon propos?

Alors que je ne sais pas où je vais.

J’ai juste deux personnages.

Un lieu. Un deuxième qui se construit, à l’horizon. Un troisième personnage, secondaire, en arrière-plan (mais je ne sais pas s’il doit rester secondaire – je pense que oui, quand même).

Je tisse très lentement. Il me faudra cent jours!

Et quel est mon propos? Je ne sais pas.

La tapisserie de Bayeux avait un thème précis, et un propos précis, elle.

Moi…….. c’est un ton.

On va voir. Qui ne risque rien n’a rien.

Maintenant

j’écris un roman.

Il n’y a pas de titre.

Quelques semaines pour se mettre à l’équilibre, et puis le vieux plaisir reprend!

Je m’amuse avec une bluette.

On verra. Pas de titre pour l’instant.