Equitation : fiches de travail

Maintenant que j’ai un cheval en demi-pension, il va falloir que je prépare l’heure hebdomadaire durant laquelle je vais monter, seule. J’irai faire une petite balade doucement, toute seule, un peu plus tard… Pour l’instant, je préfère y aller pas à pas. Voici les premières étapes!

Séance 1 :

Matérialiser le X de la carrière en posant 2 plots entre lesquels passer (voire s’arrêter : je l’aurai, ce X, je l’aurai!). Prendre une montre, et mon téléphone (pour la musique).

Détente de 10 minutes pour obtenir du cheval impulsion, dynamisme et réactivité (j’ai tendance à être trop gentille et à demander très progressivement ce que je peux exiger tout de suite tant de moi que du cheval). Détente pas, puis trot, avec figures de manège, aux deux mains.

Puis : 10 minutes pour travailler en 8, en changeant d’allure à chaque passage en X, et en alternant : pas rapide, trot lent, galop doux et régulier, pas lent, trot rapide. 5 minutes de pause, rênes longues.

Puis : 10 minutes pour travailler le numéro de juin, avec la musique. Se placer sur un des deux cercles travaillés. Le faire deux fois. 5 minutes de pause, rênes longues. Au trot, effectuer la danse des bras du numéro. Au galop, comme je serai seule, je garderai les mains, je galoperai bras au vent en compagnie. Bien maîtriser la trajectoire, deux tours, mais parfaits.

Puis, un dernier petit exercice (facultatif quant aux 10 minutes, pour une première séance je préfèrerai en rester peut-être sur une séance efficace de 40 minutes de travail et 10 minutes de rênes longues à la fin; de toute façon finir avec un temps calme) : 5-10 minutes, au pas, un tour de carrière ou deux, en alternant pas rapide et pas lent à chaque côté, pour bien étirer le cheval.

Dernière détente de 10 minutes pour souffler, au pas rênes longues, en enlevant les étriers.

Je ferai un bilan avant de noter ici la séance 2.

Bilan de la séance 1 (12/04/17) :

Séance très agréable, sans doute aussi grâce au grand soleil, et à la gentillesse d’Imprévu.

Détente : j’avais pris mon téléphone portable, mais pas ma montre. Comme j’ai bien pris mon temps pour panser et seller mon cheval, il était déjà 10h40 quand j’ai refermé la carrière. J’avais pris, avant, le temps de matérialiser mon X entre deux plots.

Détente, comme prévu. Je me sens bien, je sens mon gentil cheval à l’écoute et réactif (il faut dire qu’il est drôlement gentil et bien dressé). Je suis très concentrée. J’ai l’impression qu’après cinq-six diagonales, autant de doubler, deux voltes de chaque côté, au pas et au trot, un quart d’heure s’est passé… Pause : non, en fait, il est 10H48. J’estime que ça suffit tout de même, vu ce que j’ai prévu. Pas, rênes longues.

Puis on passe au travail sur les cercles, en 8. Au début, j’ai beaucoup de mal à faire des cercles : c’est plutôt une ligne droite jusqu’à la piste, puis on reprend la piste, et on revient vers le centre… Petit à petit, pas puis trot, en alternant, je prends mes marques, ça s’arrondit sur un cercle large. Je m’arrête de temps en temps en X. Pause : cette fois-ci, on a vraiment travaillé 10 minutes. Je renonce à l’exercice en vue du spectacle : pas envie de m’embrouiller les pinceaux, j’esquisse la chorégraphie des mains au pas rênes longues, mais je sens Imprévu s’arrêter pour regarder mon ombre qui s’agite, et comme je n’ai pas la musique, je ne sais pas sur quel rythme me caler! Je décide de travailler à nouveau sur mes cercles.

Hop, c’est reparti! J’obtiens un bon pas, régulier, mais ne sens pas de vraie différence entre le pas rapide et le pas lent. En revanche, au trot, c’est net! Un cercle au pas rapide, passage en X, trot lent, c’est net, maintien du trot, passage en X, trot rapide. Mes petites erreurs : un passage au galop sur quelques foulées (lors d’un cercle au trot rapide); et j’ai demandé plusieurs arrêts du trot, en X, mais à chaque fois j’ai eu deux ou trois posés au pas avant d’obtenir l’arrêt. J’aurai ce X, je l’aurai! Je l’ai eu une fois ou deux quand même. En revanche, départ de l’arrêt au trot réussi à chaque fois. Alors j’ai pris plaisir à varier les allures au trot.

Autre pause. Il est 11h20. Je passe à l’exercice sur les côtés de la piste : cette fois, j’obtiens un pas très lent, pas d’emblée en début de ligne droite, mais au fil de la ligne, ça vient! Je tends bien le dos vers l’arrière. Parfois on a un bref arrêt, mais je relance en serrant le mollet avant que les pieds d’Imprévu ne soient vraiment posés, j’ai l’impression qu’il est attentif. Pas lent, ça va, en ligne droite (contrairement au travail sur le cercle); le pas rapide est du pas normal, j’ai du mal à lui faire effectuer une grosse accélération au pas. Trot lent, trop rapide, les différences sont là, comme sur les cercles. Du pas, je décide de demander un galop : j’ai un Imprévu qui reste sur la piste, et prend le coin au bout! Retour au pas en A, puis arrêt.

J’aurais sans doute pu en demander plus au cheval, mais moi je m’étais beaucoup concentrée, alors je me suis dit qu’on allait en rester là. J’ai fini avec une serpentine, pour voir, mais quel intérêt alors que je n’avais pas pensé à un exercice particulier? Donc pas, rênes longues, puis à pied. J’étais si fatiguée (de concentration) que j’ai oublié de dessangler dans la carrière. Il était 11h30, quand j’ai pansé le cheval, presque midi quand je l’ai ramené au pré.

Ma première heure seule était de 50 minutes, c’est déjà pas mal, avec en tout un bon quart d’heure de pauses; un cheval attentif, un programme très prévu mais avec Imprévu; et moi je suis contente, c’est (je crois) très important.

Séance 2 :

A cheval Rando Avril 2017 de dosEn fait, j’irai voir mon gentil petit cheval et faire une balade à pied, avec lui. Jeudi, en cours collectif, on a essayé de déplacer les hanches des chevaux, de les faire pivoter. Comme je n’y arrivais pas bien, j’ai fini par avoir la main dure. Et hier, en balade, avec toute l’herbe tentante du printemps, et puis la joie du retour vers la maison l’après-midi, il y a eu des moments où il a fallu tirer un peu pour ralentir (pas qu’un peu, en vérité!) Donc : on va d’abord retrouver un peu de joie, d’amitié et de respect mutuel. Passer du temps à faire des câlins, avant de reprendre un travail plus dirigé.

C’était une très chouette randonnée!

Bilan de la séance 2 : j’étais contente ce matin de venir voir mon cheval, je l’ai brossé comme il se doit, et puis je l’ai emmené sur les bords de Loire. Dans un premier temps, il n’a pas mangé, j’étais ferme! On a trotté, moi qui courais lui qui trottais, c’était chouette! Et puis je l’ai laissé brouter. Ensuite, ça a été plus compliqué, pour repartir sans herbe aux dents. J’ai dit « non! » environ 70 fois, il a bien chopé dix fois de l’herbe sur le lot, petit à petit j’ai réussi à être plus réactive et à rentrer sans broutage intempestif. Je recommencerai!

Séance 3 :

Je voulais travailler en liberté, dans le rond de longe. Join-up, tout ça. Et aussi, obtenir un peu de fermeté de ma propre part, notamment pour les arrêts.

Bilan de la séance 3 :

D’abord, je me suis bien amusée, j’ai pris plaisir à marcher partout dans le rond de longe avec Imprévu, s’arrêter, repartir, tourner, danser, en fait. Mais je n’ai jamais réussi à le faire trotter, il a seulement allongé le pas à deux mètres de moi. J’ai dû ne pas savoir poser ma voix comme il fallait! Activité à recommencer, donc, et ce point à reprendre….

Séance 4 :

J’y suis allée accompagnée de mon cher et tendre, qui monta beaucoup du temps de sa jeunesse. Il paraît que j’ai les mains un peu trop haute, du mal dans la dissociation des aides, que je demande en général deux fois avec les jambes, que ce n’est pas assez précis, mais que j’ai fait vachement de progrès, quand même, depuis l’an dernier!

Détente, pas, trot enlevé. Pause.

Figures de manège : trot enlevé, trot assis. J’ai tenté de faire un tour de carrière au galop, mais mon cheval a galopé à chaque fois à faux (paraît-il) et ne restait pas sur la piste. J’ai laissé tomber, faute de avoir bien me reprendre et clarifier mes aides – ou alors, c’est le cheval qui se payait un peu ma tête, mais je n’étais pas sûre de moi.

Pause.

Travail des transitions trot-arrêt, arrêt-trot. C’est mieux, mais il y a souvent un ou deux pas qui se glisse encore… J’y arriverai!

Une dernière pause pour marcher rênes longues, et l’heure a passé bien vite!

Séance 5 :

Après une grosse journée de travail et trop d’autoroute pour me rendre en jury, avec le magnifique soleil de mai, je n’avais pas très envie de monter, juste de passer un peu de temps avec mon gentil demi-cheval. Donc je l’ai emmené brouter sur les bords de Loire. Eh bien, il n’a pas essayé de brouter intempestivement à l’aller; je l’ai laissé manger une bonne dizaine de minutes une fois arrivés sur le sentier; puis je l’ai emmené à nouveau marcher, sur le tentant sentier plein d’herbes hautes, mais pas de souci, à ma grande joie déterminée! J’ai trouvé un deuxième endroit, avec du trèfle. Il a mangé, sélectionnant soigneusement ses herbes; j’étais un peu déçue qu’il ne mange pas le trèfle – et puis si! avec une tête très gourmande. Ensuite, on est rentrés. Une seule tentative pour manger encore (et une autre fois, sur la dernière ligne droite, quand je me suis arrêtée en voyant arriver une voiture…). Rien de grave, finalement, et cela m’a fait bien plaisir, si on compare à la première fois où j’ai emmené ce gourmand se promener en main!

Séance 6 :

Aujourd’hui il faisait beau et chaud. J’ai quand même matérialisé mon X avec deux plots, et une bordure maraîchère en B.

Un temps de détente, avec beaucoup de trot enlevé. Imprévu avait un peu chaud, mais une bonne impulsion – moi en tous cas j’étais contente, avec un petit vent frais, et je le sentais content aussi. Pause.

Puis on a travaillé le trot assis, et le trot en équilibre. Au programme : tours de carrière, des serpentines, et des cercles. La direction est correcte, j’arrive de plus en plus à lui indiquer la direction avec tout le corps, le regard, bref il est toujours allé où je voulais. Le trot assis devient pas mal, le dos se redresse assez bien en général, en revanche je n’arrive pas à descendre assez dans mes jambes, j’ai encore les chevilles qui bougent drôlement. Et trotter en équilibre est juste pathétique : je suis bien dix centimètres au-dessus de la selle, beaucoup trop haut! et trop penchée en avant. Mais je tiens dans ma mauvaise position durant deux cercles, ou un tour de carrière. Petit à petit, à force, j’y arriverai, et j’obtiendrai les muscles qu’il faut!

Voilà pour aujourd’hui!

Séance 7 :

Travail en liberté, dans le rond de longe. Durant les vingt premières minutes, c’était juste parfait, presque magique : Imprévu ne pense pas du tout à manger (moi non plus, je ne pense pas qu’il risque de manger), on marche, on s’arrête, et même je cours et il trotte! Plus au stick au départ, et au mouvement que je fais quand je commence à courir, qu’à la voix, qui n’est ni assez forte ni assez nettement posée. Mais ça marche! Après vingt minutes, mon gentil cheval se déconcentre : c’est un peu long, on se répète un peu, il a fait son jogging, sans doute suis-je plus molle aussi, tout autour le spectacle du lendemain se prépare et on déplace des gradins, aussi commence-t-il à s’arrêter à la porte du rond de longe, comme pour me dire « C’est fini maintenant? ». J’aurais dû me contenter des vingt bonnes minutes et rester sur quelque chose de bien. On apprend de ses erreurs, sans doute!

Séance 8 :

J’ai fait du pony games!

Hop : quatre cônes de chantier, quatre manches à balai, deux gobelets… Et après la détente, transport et déplacement de gobelets en tous sens, de la main droite, de la main gauche, en ligne, d’une ligne à l’autre… Je ne l’ai pas fait tomber une seule fois! Séance de 40 minutes en tout; mais Imprévu était de bonne humeur, moi aussi, on a bien joué.

 

 

 

 

Séances suivantes (liste d’idées) :

 

Préparer : deux plots pour matérialiser le X, et deux barres au sol (bordure maraîchère) sur la piste, en B.

Détente d’au moins 10 minutes, pas et trot. Y insérer des demi-voltes, et des demi-voltes renversées. Pause.

Puis : travail en équilibre : alterner les côtés de carrière au trot enlevé et au trot en équilibre. Utiliser la bordure maraîchère pour y travailler l’arrêt. Aux deux mains (alterner avec un doubler dans la largeur).

Travailler la transition trot-galop, en partant d’un trot assis et calme. Il faut que j’arrive à mieux m’organiser, paradoxalement mon départ au galop depuis le pas est plus réussi parce que je suis en place au départ. Réfléchir aux bons exercices pour travailler ça.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>