La pire rentrée

Il ne faudrait pas que je voie les choses en noir : après tout, je devrais pouvoir jardiner, non? Etre à la maison? (mais sans tout à fait y être, coincée devant l’écran). Et si je ne parviens pas à insuffler un peu d’énergie et d’optimisme à mes cours, qui y arrivera?

En cette période d’angoisse pour tout le monde, de doutes surtout, car personne ne sait exactement quoi faire ni quel est le meilleur choix, il faudrait tout de même assumer le rôle de l’adulte, poster de la joie, de l’énergie, et l’envie de lire Eschyle. Vaste défi!

C’est parti pour dix semaines d’incertitudes. Allez, courage!