Rêveries

Je marche beaucoup et je ne pense à rien, vraiment à rien, comme s’il y avait du coton, ou pire, du vide. Le travail m’anesthésie.