Retrouver le sourire

Je ne sais plus ce qui m’a pris de croire que je ne sourirai plus jamais. Voilà, ça tire encore un peu, mais c’est derrière moi. Une petite péripétie.

Je développe dans un autre carnet, ailleurs.

C’est trop compliqué d’écrire de façon plus ou moins publique des histoires de pudeur, au sens premier, au sens latin, au sens de honte de soi ou plus précisément de peur de la honte, attachée au corps. C’est trop compliqué de parler des voiles intérieurs, sans le voile de l’intimité vraie.