Aventure

Bientôt tu laceras tes souliers, camarade.

Le ciel est haut, le sol est sec, ton sac est lourd

De désirs et d’un rêve assombri par l’ennui.

Tu partiras bientôt éclaircir le poème

Qui te ronge dedans comme un os éclaté.

Bientôt tu laceras tes souliers, camarade,

Et tu marcheras fier sous le soleil du jour,

Occupé par l’instant, dans ce seul appétit.

Tes semelles seront les traces que parsèment

Les chemins que le rêve a toujours habités.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *