Incertitude

Préférerai-je

à l’avenir flou

un présent couleur de granit

Préfèrerai-je au rose

passé

le gris despote où se fond la couleur

Préfèrerai-je

à l’unique rose au rosier

aux pétales tremblants dans la dernière lumière

à la solitude du bourgeon qui sort à la fin de l’été

trop tard

Saurai-je préférer la détresse de ce jaune sombre, de ce rose vieux, dans la lumière du couchant

à l’assurance froide du rocher qui rien n’abat, ni vent ni marée, cette pierre noire qui fait face au vent, si solide qu’elle en semble éternelle

Aurai-je le courage de préférer, un jour

l’incertitude