Zinzoline, Numéro 9; et les écritures communes

La Revue Zinzoline n° 9 est en ligne, en lecture gratuite; j’aime que les textes se répondent et se partagent; à partir de la page 60, nous sommes plusieurs à avoir écrit à partir de la phrase « J’attendais que la pluie vienne », une phrase de Jean-Luc Lagarce (ou pas, ça se réapproprie, une phrase); y ont aussi contribué Angèle Casanova et Marianne Desroziers, et comme cette revue en ligne prend corps tous les deux ans à la Citadelle de Blaye, nous nous y rencontrerons les 27 et 28 février 2016, nous animerons des ateliers, nous lirons, nous échangerons, entre nous, entre ceux qui participent à cette revue, et avec celles et ceux qui viendront : prenez date! Et surtout, feuilletez le reste de la revue : ça donne envie!

J’aime cet esprit collectif et cette ébullition, l’émulation saine et joyeuse – ça n’empêche pas d’écrire à part, pour soi, par devers soi – et suis contente aussi de démarrer à nouveau un atelier d’été, une troisième session avec François Bon sur son site du Tiers Livre. Je vais créer une petite catégorie d’articles à part, pour voir ce que ça donne. Fantastique, c’est le mot. Plus j’écris, plus j’écris; maelström.

J’ai l’impression de laisser libre cours à des textes qui sont à l’image de cette fleur, symbole d’estime et de fidélité. Mais c’est aussi une fleur sauvage, qui pousse un peu n’importe où, se multiplie à l’envie. S’adapte à tous les sols. Mon écriture, je ne vous l’avais pas dit? c’est une marguerite.