L’enfance d’l’art

Cinq canaris d'intérieur

Tout dire très vite, et écrire très vite, et voir les oiseaux grandir très vite, et les enfants très vite et la cheminée n’est plus là pour imaginer y voir descendre un quelconque Père Noël mais pour faire s’envoler l’esprit loin, ailleurs.
J’écris et ce n’est pas facile. Il y a parfois comme une force d’opposition dont je pense que ma fille se l’autorise car elle me sait capable d’encaisser. C’est important que les enfants se révoltent. Là, ce n’est pas si grand. Mais ça existe, un peu.
Il y a des oisillons dans le nid. Tout le mal que je leur souhaite, c’est d’oser prendre un bel envol.

Engagement

Plein d’idées pour mes bords de Loire (lyriques) et ma petite commune. Je vais peut-être finir au conseil municipal – et au fond, je crois bien que cette idée me met en joie. C’est raccord avec la lecture des grands orateurs grecs, non? On va s’engueuler et décider des trucs de fou, comme dans l’Athènes du Vème siècle, vu qu’on est à peu près aussi nombreux. Vie de village!