Histoires de mon corps, et de mes insomnies

Je devrais dormir, mais ce n’est pas facile en ce moment. Les grèves m’inquiètent, me placent dans un état de délabrement intérieur très profond, je perds le contrôle et ce lien, ce cordon avec mes enfants qui sont un peu loin géographiquement, il y a en mes profondeurs une panique sourde qui se déclenche et comme c’est ridicule, je ne peux pas en parler. Voilà.

Le bruit de fond

Mes classes sont plutôt silencieuses – je n’ai pas envie de parler de mon métier, aujourd’hui. Je vais plutôt bien, en apparence. Je fais mille et une choses, aussi occupée qu’une citadelle en état de siège, aussi attentive qu’un suricate qui fait le guet devant ses galeries, et aussi en état d’alerte.

En fait, je suis inquiète. Je me fais mal à l’état de paix. Comme s’il m’était impossible d’être autrement qu’en état de stress. Une scie qui grince en bruit de fond.

(Incipit.)