Saison des graines

Il y a de futurs petits pois, à l’état de germination, minuscules.

Dans le jardin, c’est la saison des graines. Le temps des récoltes est très loin.

J’échafaude des plans et je tiens de premières résolutions : jouer un peu de piano tous les jours, et écrire mes recettes de cuisine pour me faire un petit carnet tout propre. Le monde se construit d’abord dans un cocon.

Il faut bien que les petits pois viennent de quelque part.

Un boeuf,

un renard, une poule.

Le boeuf sur la langue, le renard dans les jarrets, la poule dans la tête.

L’animal-totem en chacun de nous, celui-là, chez moi,se fait : musiciens de Brême.

Il y a de la ménagerie qui menace de faire ferme!

Cheval au box, renard en cage, poule en grillage.

Et quoi? Qu’est-ce qui ressortira de tout cela? Personne ne sait.

Un boeuf! Un boeuf probablement accouchera

d’un oeuf.

Un boeuf!

Sauf si, à moins qu’il ait un sauf-conduit, sauf si

le boeuf sain et sauf

sur un toit n’ait fini!

Comme , par exemple.

Je vous envoie

ces quelques fleurs,

ma dissertation, Madame,

je vous envoie un retour sur votre cours, l’exercice,

je t’envoie une image rigolote,

tiens, tu veux que je te l’envoie? je te le fais suivre!

Madame, je vous envoie cette question,

je t’envoie ça bientôt, ok? et bientôt on…

quoi, déjà?

J’envoie, tu envoies, il envoie,

mais je n’en vois pas beaucoup, des gens,

même si j’en vois de toutes les couleurs,

et j’espère retrouver bientôt le tourbillon des rires, des odeurs, des parfums.

J’envoie.

(et bien sûr, à la fin de l’envoi…)